Jacques Bellefroid Ecrivain
ACCUEIL
BIOGRAPHIE
BIBLIOGRAPHIE
REVUE DE PRESSE
CHAMBRE D'ECHOS
CONTACT
Recommander ce site...
Jacques Bellefroid
 

ACCUEIL > D'UN JOUR L'AUTRE

 
INNOCENCE FRANCAISE  
15 Avril 2009,

Comme chacun le sait, au Mexique, il n'y a ni Justice, ni droit, ni le moindre degré du début d'une République civilisée. Que les français ne connaissent rien à l'Histoire, cela n'est pas nouveau Cette ignorance est bienvenue pour eux, elle est même nécessaire puisqu'elle est la source de leur ridicule suffisance. Que les journalistes puissent croire que l'Histoire se décide dans leurs conciliabules alcoolisés entre la brasserie Lipp, le café des Deux magots, et le premier étage du Flore, est un phénomène plus inquiétant. La décadence fatale de l'influence de cette gloire qui s'est appelée autrefois l'intelligence française, patrie des droits de l'homme, patrie de Victor Hugo, est menacée lorsque le même pays vole au secours des escrocs, des bandits, des femmes complices d'amants orduriers. Trop, c'est trop.

 

 

 
MAISONS NATALES A GORI  
22 Août 2008,

Depuis que, en Géorgie, les bombes ont pris la place des mots, je pense souvent au philosophe Merab Mamardachvili, géorgien, et russe, né à Gori (1930) mort à Moscou (1990). Je me souviens de notre amitié, commencée à Prague, où mon frère Pierre avait provoqué la rencontre, et continuée à Paris où j'avais eu le bonheur de lui offrir l'hospitalité à une époque où un citoyen de l'Union soviétique, surtout philosophe, ne pouvait jouir que d'une liberté très surveillée.

 

 

 


UNE EXPLOSION A STRASBOURG : JOSEPH STEIB
 Tableau de Joseph Steib



25 Mai 2006,

"Il se passe un évènement si bouleversant à Strasbourg, qu'il devrait être impossible de le taire. Une exposition. Ce n'est pas du tout que la ville de Strasbourg soit incapable d'organiser une exposition, bien au contraire, c'est qu'il s'agit cette fois d'un accrochage de tableaux vraiment hallucinants. Cela s'appelle le « Salon des rêves » et cela se tient au Musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg..."
 

 


Lettre à Georges Sebbag à propos des
« Barbarians » et de la mort d'Ilan Halimi.
 



Paris, Février 2006

" Cher Georges,

En reposant le combiné du téléphone j'ai pensé que par écrit nous parviendrions peut-être moins mal à trouver les mots que nous cherchions. D'où ce post-scriptum, même s'il arrive après des paroles échangées de vive voix plutôt qu'après un écrit.

Certains mots ne conviennent pas, ce sont des maladresses, mais d'autres mots sont carrément des stratagèmes de langage. Edulcorer, travestir, gommer, les mots peuvent aussi servir à cela...."



 

 


Cultura Urbana - Juin 2006
Les rues portent des noms qui parlent

 





Le nom des rues est un acte de mémoire. Une ville, ce n’est pas seulement une concentration d’artères où circulent des automobiles et des passants pressés, c’est un lieu vivant, où des générations successives ont tissé la tapisserie d’une longue histoire.

 

 


LES MOTS ET LES IMAGES
 



Paris, Décembre 2005

"Personne ne s'en est avisé, mais la polémique déclenchée par l'impétueux Nicolas S. (Ministre d'Etat, Ministre de l'intérieur) est d'abord une polémique linguistique. En France, la seule chose qui compte est celle des mots. Ne dites pas « racaille » ne dites pas « kärcher » sans prendre le temps d'écouter l'écho de ce que vous dites...."

 

 

 
  VENTE BRETON, AGITATION
par Jacques Bellefroid et Georges Sebbag

 



Février,Mars 2003

"Une certaine agitation se développe aujourd'hui à propos de la prochaine vente publique de la collection d'André Breton. Rappelons ici que le poète n'accordait aucun pouvoir ni à l'appropriation ni à la dispersion des choses. Il lui avait suffi de les avoir aimées..."
    Article du monde
26 Mars 2003
   
 
  Article de la Quinzaine
Littéraire
18-19 février 2003